Juste aveugle, ou presque...: L'écholocation

jeudi 24 septembre 2020

L'écholocation

L'écholocation, ou comment voir avec ses oreilles


Bonjour à toutes et tous,


Et si aujourd'hui, nous parlions de l'écholocation (ou écholocalisation) ?

C'est une "fonctionnalité" que nous avons tous en nous, mais que certaines personnes vont développer plus finement, par nécessité pour les personnes qui ne voient pas, ou pour méditer ou explorer d'autres horizons, pour celles et ceux qui pratiquent l'aveuglement volontaire.


Concrètement, si vous faites un bruit dans une église, et que vous reproduisez le même bruit dans vos toilettes, le son que vous entendrez sera différent... Tout cela parce que les obstacles, comme les murs, reflètent les bruits, et en fonction de la distance qui vous sépare de l'obstacle, et de la matière qui le compose, le bruit qui vous revient à l'oreille sera différent.

C'est le principe du sonar et de l'écholocalisation animale qu'utilisent les chauves-souris et les dauphins notamment.


Dans le cas de la chauve-souris noctambule que nous connaissons (qui n'a certainement pas des yeux de chat), afin de pouvoir se déplacer en pleine nuit pour chasser les insectes, elle a développé cette faculté en émettant des ultrasons avec ses cordes vocales. Et comme cela lui mange beaucoup d'énergie, une bonne partie du reste du temps, une fois qu'elle s'est occupée de son petit (ou du petit de sa copine qui vient de partir casser la croute), elle roupille...

Quand on imagine que ces petites bêtes sont capables de détecter un fil de 0,1mm à une distance de 10m, on comprend aisément pourquoi il est presque impossible de les capturer... Et c'est très bien comme cela, car, contrairement aux idées reçues, la chauve-souris n'est pas agressive avec l'homme et ne détruit pas son environnement (ni le nôtre d'ailleurs...), pourvu qu'elle trouve un coin tranquille pour hiverner... En prime, tous les moustiques qu'elle mange ne finiront pas sur notre bras (ou ailleurs) pour nous pomper notre sang et nous laisser, au passage, un joli bouton qui grattouille...


Bien sûr, pour les humains initiés, ce n'est pas aussi fatiguant de pratiquer l'écholocation, et je n'ai encore jamais rencontré de non-voyant qui dormait la tête en bas, accrochés par les orteilles à une étagère par exemple... Et vous ?


Alors, en pratique, c'est en frappant la canne blanche au sol ou en faisant claquer sa langue sur son palais, ou encore en claquant des doigts, que tout s'éclaire...

Mais j'imagine aisément que pour les "nons-initiés", cela puisse être un peu déroutant. Anecdotes à l'appui...


Depuis toujours, j'aime me balader en forêt, aider mon père à façonner le bois de chauffage, et l'accompagner pour lui prêter la main quand il était exploitant forestier pro ...

Et comme je suis originaire de Bourgogne, de Beaune en Côte d'Or, pour être plus précis, une grande région viticole, rien d'étonnant alors, qu'il décroche un jour un contrat avec une scierie qui fabriquait des piquets de vignes...

Sur le terrain, pendant que les arbres tombaient au sol, comme à l'habitude, je faisais mon petit tour , un peu à l'écart, sans canne blanche (impossible à gérer dans la végétation), et sans me heurter aux troncs qui étaient encore debout, et participais à la transformation des morceaux de bois que mon père venait de tronçonner, en les ébranchant à l'aide d'un outil tranchant comme une serpe ou une hachette. Puis, une fois les morceaux débarrassés de leurs branches, je les empilais en tas propre, pour être récupérés par la scierie.

Et à chaque fois que le patron de la scierie et un ou deux employés, arrivaient sur le chantier avec leur tracteur et une écorceuse (une machine infernale qui faisais un bruit épouvantable...), ils restaient immobiles pendant environ un quart d'heure, la bouche demi-ouverte, comme hypnotisé par "le spectacle" que je leur donnais... Cela amusait beaucoup mon père, qui les observait discrètement, et venait me le raconter après leur départ...


Autre époque, autre lieu : il y a une dizaine d'années, alors que je m'essayais à la pratique de la photo numérique, à la suite d'un article dans la presse régionale, la municipalité de Flavigny-sur-Ozerain, une magnifique cité médiévale située à une heure environ au nord de Dijon, mondialement connue pour ses fameux petits bonbons à l'anis, m'invite à exposer mon travail, à l'occasion des journées du patrimoine.

C'était ma deuxième expo, et cette fois, je disposais d'une salle pour moi tout seul... A notre arrivée (ma compagne et moi-même), une jeune personne, chargée des visites  des monuments pendant la manifestation, nous emmène devant un bâtiment assez ancien. La porte s'ouvre et nous entrons dans une salle du 14ème siècle, plutôt froide, qui sentait "bon" le renfermé et un peu la suie. Comme à mon habitude, je lâche la main de mon amie et pars, seul, les mains croisées dans le dos, à la découverte de l'endroit, tout en décrivant à voix haute, ce que perçoivent mes sens.

Je commence par éviter l'imposante cheminée (mon nez ne m'avait pas trompé...), et là, notre accompagnatrice interroge mon amie, qui lui explique, en quelques mots, les principes de l'écholocation.

Je poursuis mon exploration en évitant une table, des chaises, et d'autres obstacles encore, et me retrouve pratiquement au centre de la salle quand je m'arrête brusquement et lance à la cantonade : "il y a un bruit bizarre dans mes oreilles, cela doit sûrement être une convergence de quelque chose dans l'architecture au-dessus de ma tête."... Je lève alors le bras, et suis avec mon doigt, la forme exacte d'une des voûtes en pierre qui ornait le plafond quelques mètres plus haut...

A cet instant, tout en se rapprochant de la sortie, notre guide regarde ma compagne et lui déclare : "il me fait peur !", puis elle disparaît...


Si vous aussi, vous avez une anecdote à raconter, ou souhaitez tout simplement échanger sur le sujet, n'hésitez pas à poster un commentaire.

De même, il serait très intéressant d'avoir le ressenti de personnes qui pratiquent l'aveuglement volontaire...


Merci à vous et à bientôt.

0 commentaires:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil