Juste aveugle, ou presque...: Priska, chien-guide

lundi 2 novembre 2020

Priska, chien-guide

 "Elle avait un joli nom, mon guide..." pas Nathalie, mais Priska...



Bonjour à toutes et tous.


Je m'appelle Priska, et même si il y a une quinzaine d'années, la tumeur que j'avais dans mon abdomen a eu raison de ma vie, mon esprit est toujours là pour vous présenter le métié de chien-guide d'aveugle


École d'Alsace, un matin de janvier 2003, Chantal, mon éducatrice prépare mon posto (c'est mon tapis), mes croquettes, et quelques autres choses encore, et me fait monter à l'arrière de sa voiture... Je ne comprends pas tout, mais j'ai comme l'impression que ma vie va bientôt changer...


Quelques heures plus tard, en Bourgogne, nous arrivons dans une cour plutôt sympa, dans un petit village à la campagne. Un jeune couple sort de la maison, et, en apercevant le monsieur avec ses lunettes noires, je comprends que mon job commence ici...


Après quelques minutes de présentation, Chantal déballe mes affaires et installe mon posto dans la salle à manger... Puis, elle s'absente un moment pour déjeuner, ce qui va nous laisser, à mes nouveaux maîtres et à moi, le temps nécessaire pour faire plus ample connaissance.


Le courant passe tout de suite, et je sautille déjà autour d'eux pour leur faire la fête... En leur mordillant un peu les doigts au passage... Mais, apparemment, ils n'ont pas l'air d'aprécier... je vais revoir mes élans d'amour à la modération...


En début d'après-midi, ma maman de coeur revient et explique à François comment se passe le guidage...

Et pour se faire, rien ne vaut un petit chemin en pleine nature...

J'enfile la tête dans la boucle de mon harnais, et nous voilà parti à l'aventure D'après ce que j'ai compris, c'est la première fois pour François, et il se débrouille super bien... Et pour ma part, c'est que du bonheur... Comme tous les jours des 4 prochaines années d'ailleurs


Quelques jours suffisent à Chantal pour enseigner à mon copilote la technique de guidage dans son ensemble, apprendre à Cathy, ma nouvelle maman de coeur, comment me reprendre, si toutefois je faisais une bétise, et me faire découvrir le nouvel environnement dans lequel je vais mettre les pattes à partir de maintenant : trouver la pharmacie, le tabac, la boulangerie, la caisse dans le supermarché, les zébras (les passages pour piétons), les bancs dans le parc, la boîte aux lettres dans le village, ...


Arrive le moment où Chantal va nous laisser en famille et repartir chez elle... Je l'accompagne jusqu'à sa voiture, elle me fait un gros calin, et je lui explique du regard qu'elle peut partir tranquille... Tout va bien se passer.

Je regarde le véhicule s'éloigner avec un petit pincement, un petit pipi à l'endroit prévu à cet effet, et je mangerais bien un morceau...


Cathy et François ont l'air ravi et très gentils.


Pour faire une petite parenthèse sur mes capacités d'adaptations, il faut savoir que je sais mémoriser des itinéraires courants (presque aussi bien que "Google Maps"...), et réagir à un simple mot pour faire un trajet précis ("docteur" pour emmener son équipier à son rdv de médecin ...).



Maintenant que le décor est planté, que diriez-vous de savourer quelques anecdotes croustillantes... Et comme le dirait mon papa de coeur : du vécu, du pur et dur...


Devant la porte d'une boutique, François me dit "entra", puis "banca" pour le conduire jusqu'au guichet où se tiend la vendeuse.

Dans une des allées du magasin, une personne est plantée sans bouger, en plein milieu du chemin. Elle nous tourne le dos...

Je sais que ce ne sont pas des manières, mais je ne peux résister à lui mettre un bon coup de museau dans le derrière pour la déloger... Il n'y a pas, j'ai une mission, et compte bien faire mon travail comme il se doit... La personne sursaute d'abord, puis se retourne... Son visage pâlit et elle s'enfuit dans une autre allée... Ça m'éclate à chaque fois... Après l'effet de surprise, ma victime se rencontre qu'elle vient de se faire "bousculer" par un berger-allemand d'une quarantaine de kilos... Pour la forme, mon papa semble gêné, mais je remarque le petit sourire sur ses lèvres... Je crois que je vais pouvoir demander une augmentation en croquettes ce moi-ci...


François fait ses achats et me lance : "Priska, sorta", et nous voilà sur le trottoir. Cathy sort de la pharmacie et nous rejoint.


Nous remontons en voiture, direction le supermarché.


Nous entrons dans la boutique quand une toute petite fille (guère plus grande que moi m'aborde... Une jeune femme (qui doit être sa mère) semble très inspirée par les fruits qu'elle est en train de choisir, et ne captera rien de ce qui va suivre, et c'est bien mieux comme ça...

En m'approchant de cette gentille petite fille, son visage s'illumine et elle sort de sa bouche la sucette qu'elle est en train de déguster en attendant sa mère, et me la tend...

Moi, gourmande comme une chatte, bien que je sache que je n'ai pas le droit à ce genre de distraction en pleine séance de guidage, je ne résiste pas à faire une lèchouille sur le fameux bonbon... Et, avec un sourire jusqu'aux oreilles, la petite remet la sucette dans sa bouche... La mère se retourne et n'a rien vu... La petite est aux anges, moi, j'en aurais bien repris un peu plus. Cathy, qui a tout suivi et n'a rien pu faire de peur que la maman ne sorte précipitamment de son inspiration, nous entraîne dans un autre rayon, avant de tout raconter à son chéri...


Finalement, nous retournons vers les fruits, et pendant que ma maman de coeur choisi des abricots, François lui annonce qu'il va chercher un pack d'eau Inutile de me demander, j'ai compris ; je me mets en marche et l'emmène sans détour devant le rayon eau... Mon papa, qui n'en revient pas, me félicite chaudement, et nous retournons vers Cathy.


Autre lieu, autre étonnement... Enfin, pour eux, car pour moi, c'est la routine...

Nous entrons dans un hyper à Dijon, un endroit dans lequel je n'avais jamais mis les pattes.

Mon équipier me demande le rayon pain...

Miam ! c'est bon le pain...

Je lève un peu le museau et le fumet se fait déjà sentir... Je décolle comme une flèche, traverse tout le magasin en slalomant entre les gens, pour arriver devant un étal gigantesque de baguettes et autres miches, toutes aussi appétissantes les unes que les autres...

Mission remplie avec succès...


Je pourrais rester des heures à vous compter des histoires comme celles qui précèdent, mais je pense qu'il est temps pour moi de rendre l'antenne, et d'attendre avec impatience vos commentaires.


Merci beaucoup pour votre visite sur cette page qui, je l'espère, vous aura distrait pendant un moment.


Libellés : , , ,

1 commentaires:

À 20 novembre 2020 à 07:52 , Anonymous mimi - Mamiedesoiseaux a dit...

ravie de découvrir cette histoire de Priska - super contente de découvrir ton blog, je suis impatiente de continuer - bises mes amis

 

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil